Silence… une musique

Le silence est un songe…

une douceur inexorable…

Se partage-t-il ? Ou est-il solitude ?

A deux, dans les draps d’un lit ?

Seul, dans la souffrance ?

Seul, dans la joie ?

Est-il bonheur ? Est-il entendement ? Est-il sagesse ? Est-il bruit ?

Beethoven nous charme dans sa poésie musicale… au-delà du silence… la mélodie du ciel…

Le blanc est derrière toutes les couleurs.

Le silence est derrière toutes les musiques, toutes les paroles.

L’entendons-nous dans le vacarme ambiant ? Là est la question ! Sommes-nous conscients qu’il existe dans nos profondeurs ?

Il est douceur et élevant mais peut être terrifiant.

Nous pouvons nous y perdre et nous y enfermer ou le solliciter pour un recueillement, une retraite, pour écouter de notre âme, dans la sagesse et vaciller au grès du vent pour voir où il nous porte et ce qui se présente.

Le laisserons-nous seul ? N’est-il pas là pour mieux accueillir la joie, les réjouissances avec la Vie ?

 

Possibilité de s’abonner à ce blog : voir en bas à droite, le lien s’affiche.

 

Tendresse,

© Carole, fondatrice de l’Espace Chrysalide, rêveuse, conteuse, poète, conférencière, accompagnement & co 

 

Identifier mal-être dans le couple… Et s’il s’agissait de…

d251ddb8abf6c91d311281ef634eda4b-1552401723.jpg

« Quelques temps après sa rencontre avec un comédien américain, Caroline découvre son conjoint sous un autre jour. Marie a subi les insultes quotidiennes de son ex-compagnon. Nicole est devenue le jouet sexuel de son partenaire. Sylvie, quant à elle, est tombée gravement malade. Jalousie pathologique, violence morale, isolement… à chaque fois, le même scénario : après une phase de mise en confiance, ces victimes ont vu le piège se refermer sur elles et le prince charmant se muer en pervers manipulateur. »

Pour une fois, je n’écrirais rien… Je vais laisser faire le documentaire de Delphine Dhilly et les mots de présentation de la réalisatrice & ceux des femmes du reportage qui relatent leur quotidien… 

A part un commentaire rapide & primordial… Si vous avez des amies/amis dans cette situation, sachez qu’ils minimisent toujours la réalité et ne vous racontent qu’un centième de ce qui se passe. C’est lié au dénie de soi & de la situation. Soyons très vigilants pour savoir être présents au bon moment.

Et soyons conscients de ce qui se joue & de la vraie dangerosité ! Se voiler les yeux, c’est participer au drame… Des familles ont témoigné de leur inconscience, après « coups »… Ils n’avaient pas pris l’ampleur de….

Ne pas faire peur, mais informer du réel

 

Il en est de même concernant les personnes dépressives… Elles minimisent, mentent pour cacher leur mal… et les familles ne se rendent pas compte de l’ampleur… ou qu’après passage à l’acte. Ouvrons grand les yeux pour bien évaluer l’intensité du mal-être.

 

Partir, est-ce si facile ?

« Les relations basées sur le renforcement intermittent sont abusives, maltraitantes et beaucoup plus fréquentes qu’on ne l’imagine. Dans ces relations, le fait que l’amour et l’attention soient donnés de manière imprévisible et occasionnelle engendre une dépendance équivalente à celle que l’on peut ressentir vis-à-vis d’une drogue. » Lire la suite de l’article Pourquoi ne parvient-on pas à quitter une relation toxique ? »

Quand une femme décide de rompre la chaîne de violence, de quitter l’homme, c’est déjà une victoire! Mais elle est TOUJOURS EN DANGER.

Quitter une personne violente signifie jouer à la morte plutôt que de mourir en l’annonçant ! Se protéger : se mettre en silence radio vis à vis homme violent, voir association aide, aller habiter chez des amis temporairement, partir en vacances se ressourcer… Aller lui dire, c’est naïvement prendre le risque du couperet définitif.

Je recommande les travaux du docteur Alexia Delbreil, médecin légiste et psychiatre, est persuadée que cela peut s’endiguer puisque chaque cas répète exactement le même scénario.

« Il y a une centaine de femmes par an qui n’ont pas été frappées avant d’être tuées et personne ne s’en occupe. »

« La séparation est le premier motif du passage à l’acte dans les homicides conjugaux. Surtout quand le meurtrier n’a jusque-là jamais levé la main sur sa compagne. » Lire l’article « la légiste qui autopsie les homicides conjugaux »

Lire également l’article « Elle le quitte, il la tue », scénario typique du féminicide

Lire mon article « briser le silence »

Pervers narcissiques : une violence invisible 

« Documentaire sur l’emprise psychologique et la violence verbale exercée par les pervers narcissiques sur leur conjoint. Ou quand les mots sont plus forts que les coups… De l’anéantissement de leur personne morale aux déclics qui leur ont sauvé la vie, les victimes retracent leurs failles, leur enfermement jusqu’à leur reconstruction.

On reconnaît souvent un pervers narcissique à l’état dans lequel il laisse sa victime.

Cette «  autre violence conjugale« , non physique mais uniquement morale, fait autant de dégâts. De plus en plus souvent, le diagnostic de perversion narcissique intervient pour expliquer ces phénomènes d’enfermement dans le couple.

La réalisatrice Delphine Dhilly montre la réalité que revêt cette perversion qui reflète un phénomène social très fort et destructeur.

Aujourd’hui, les victimes s’ouvrent plus facilement qu’avant et rencontrent des aides qui leur permettent de se reconstruire et de mettre des mots sur leurs années d’enfer. »

 

Informations prochains replay.

Autrement, me demander la vidéo

 

Lire aussi l’article : « Sa rupture amoureuse, sa maladie : Marion Bartoli raconte sa descente aux enfers… et sa renaissance » Championne de tennis, vainqueur de Wimbledon en 2013, elle explique notamment que son compagnon de l’époque lui disait comment bien jouer … au tennis : « Il me disait : ‘Non mais là, si tu as raté la balle, c’est que tu n’as pas assez fléchi les jambes’. » Elle raconte également l’obsession de ce dernier à vouloir « casser la championne » : « Son grand plaisir, c’était d’organiser un double tous les dimanche, de se mettre avec le meilleur joueur possible, et moi avec le pire joueur possible, pour essayer de me battre. C’était son immense plaisir. Mais quand même, j’ai mis un point d’honneur à ne jamais perdre. »

 

freedom-4025802_1920Elle a pris la fuite dès qu’il l’a demandé en mariage. Cette demande n’était pas signe d’amour (soyons prudent avec nos interprétations) mais d’une solution pour homme dans sa pathologie d’enfermer la femme et de la condamner. C’était sa solution pour la maîtriser.

hand-1549399_1920

Soyons liberté et une relation toxique n’est pas de l’amour. L’amour est d’un autre goût.

Lire l’article « toucher une étoile, c’est possible »

 

Possibilité de s’abonner à ce blog : voir en bas à droite, le lien s’affiche.

 

Tendresse,

© Carole, fondatrice de l’Espace Chrysalide, rêveuse, conteuse, poète, conférencière, accompagnement & co

Toucher une étoile, c’est possible !

freedom-4025802_1920Suite à mon dernier article (« briser le silence »)… La preuve par l’exemple…

 

 

 

star-2855666_1920.jpg

Aller toucher une étoile, dans le réel, c’est possible. C’est ce qui est arrivé à Julien.

 

 

Du haut de sa jeunesse, il rencontre une Grande dame… 

Elle est son aînée de plusieurs années… 15 ans 

Elle est une étoile filante, un cheval sauvage

Elle est connue, médiatisée…

Très talentueuse…

 

Des barrières… 

Des regards…

Oui !

 

Elle, Etoile de l’Opéra national de Paris… & chorégraphe de renommée mondiale. Lui, simple danseur… n’ayant pas le niveau d’accéder à la classe supérieure ! De quoi impressionner, donner envie de fuir… Mais il a sûrement accepté les cadeaux de la vie… Lire l’article « les cadeaux de la vie »

Oui, les regards des autres furent durs… Et au lieu de plonger dans sa bulle seul, ils y ont plongé ensemble…

 

 

On est un peu comme le yin et le yang, quand l’un est dans une énergie, l’autre va chercher l’inverse, on se contrebalance très bien.

Par moments, je me brûlerais, j’imploserais, alors Pietra vient me chercher pour me faire décoller. Elle a la force de me laisser m’envoler très haut, me regarder m’écraser, pour mieux me relever.

J’ai toujours besoin de ses yeux, de son inconscience aussi.

L’un sans l’autre, nous n’aurions pas accompli le quart de ce que nous avons réussi à mettre en place, tant au niveau professionnel que personnel.

 

 

Quand danse rime avec Amour !

 

« J’ai auditionné. Je n’avais pas le niveau pour accéder à la classe supérieure. Mais ce jour-là, j’ai eu de la chance. Roland Petit est venu me voir et m’a dit : ‘Toi tu as des yeux de danseur, donc on te prend »

 

Faire sauter des barrières qui nous auraient peut-être empêcher de tomber amoureux l’un de l’autre. Moi, je n’étais pas grand chose & Piétra était déjà connue, reconnue… Lire l’article « briser le silence ».

S’exprimer par la danse, se mettre dans notre bulle ensemble pour nous protéger du regard des autres.

Seul, nous nous serions découragés. A deux, nous avons pu créer des projets incroyables. 

Ca multiplie par 2 la passion. Ca dynamise l’envie de faire des choses différentes.

Ce qui m’a marqué chez Piétra, c’est le décalage qu’elle a entre le personnage qu’elle est sur scène et ce qu’elle est dans la vie. Elle a une énergie extraordinaire, une beauté incroyable, un sorte de cheval sauvage. Elle est indomptable. On ne met pas de scelle sur le dos de Pietra. On la regarde courir. Et en même temps, il y a quelque chose de très simple, comme si elle ne se rendait pas compte de sa propre force.

Beauté & simplicité

19 ans ensemble, où en est l’amour : il s’est démultiplié ! Cela n’a plus rien à voir. Après le choc amoureux, arrive d’autres sensations…

Il y a Pietra et Julien & Pietra&Julien.

C’est souvent ces moments qui n’ont l’air de rien… le matin au réveil, avec le café… qui sont des moments magiques… C’est cela qui compte dans la vie.

 

 

cliquer sur la flèche et voir la vidéo s’animer

 

 

« On est chacun une partie de l’autre, mais on garde notre personnalité. On est un couple qui se ressemble, qui ne peut pas travailler l’un sans l’autre. Il y a ce double regard sur la création, à la fois féminin et masculin, drôle ou dramatique… Nous sommes très fusionnels. » confie Pietra.

Et naissance de leur fille…

Depuis 20 ans ensemble !

 

Une de leur création avec le spectacle M. & Mme Rêve : « Dans cette pièce, librement inspirée du théâtre de Ionesco, on voulait que les deux personnages représentent le couple dans son côté universel.

Ionesco a écrit: « tout ce que nous rêvons est réalisable ». Si nous deux n’appliquions pas ces mots, nous ne serions pas là aujourd’hui. »

 

Possibilité de s’abonner à ce blog : voir en bas à droite, le lien s’affiche.

 

Plein de tendresse,

© Carole, fondatrice de l’Espace Chrysalide, rêveuse, conteuse, poète, conférencière, accompagnement & co