Identifier mal-être dans le couple… Et s’il s’agissait de…

d251ddb8abf6c91d311281ef634eda4b-1552401723.jpg

« Quelques temps après sa rencontre avec un comédien américain, Caroline découvre son conjoint sous un autre jour. Marie a subi les insultes quotidiennes de son ex-compagnon. Nicole est devenue le jouet sexuel de son partenaire. Sylvie, quant à elle, est tombée gravement malade. Jalousie pathologique, violence morale, isolement… à chaque fois, le même scénario : après une phase de mise en confiance, ces victimes ont vu le piège se refermer sur elles et le prince charmant se muer en pervers manipulateur. »

Pour une fois, je n’écrirais rien… Je vais laisser faire le documentaire de Delphine Dhilly et les mots de présentation de la réalisatrice & ceux des femmes du reportage qui relatent leur quotidien… 

A part un commentaire rapide & primordial… Si vous avez des amies/amis dans cette situation, sachez qu’ils minimisent toujours la réalité et ne vous racontent qu’un centième de ce qui se passe. C’est lié au dénie de soi & de la situation. Soyons très vigilants pour savoir être présents au bon moment.

Et soyons conscients de ce qui se joue & de la vraie dangerosité ! Se voiler les yeux, c’est participer au drame… Des familles ont témoigné de leur inconscience, après « coups »… Ils n’avaient pas pris l’ampleur de….

Ne pas faire peur, mais informer du réel

 

Il en est de même concernant les personnes dépressives… Elles minimisent, mentent pour cacher leur mal… et les familles ne se rendent pas compte de l’ampleur… ou qu’après passage à l’acte. Ouvrons grand les yeux pour bien évaluer l’intensité du mal-être.

 

Partir, est-ce si facile ?

« Les relations basées sur le renforcement intermittent sont abusives, maltraitantes et beaucoup plus fréquentes qu’on ne l’imagine. Dans ces relations, le fait que l’amour et l’attention soient donnés de manière imprévisible et occasionnelle engendre une dépendance équivalente à celle que l’on peut ressentir vis-à-vis d’une drogue. » Lire la suite de l’article Pourquoi ne parvient-on pas à quitter une relation toxique ? »

Quand une femme décide de rompre la chaîne de violence, de quitter l’homme, c’est déjà une victoire! Mais elle est TOUJOURS EN DANGER.

Quitter une personne violente signifie jouer à la morte plutôt que de mourir en l’annonçant ! Se protéger : se mettre en silence radio vis à vis homme violent, voir association aide, aller habiter chez des amis temporairement, partir en vacances se ressourcer… Aller lui dire, c’est naïvement prendre le risque du couperet définitif.

Je recommande les travaux du docteur Alexia Delbreil, médecin légiste et psychiatre, est persuadée que cela peut s’endiguer puisque chaque cas répète exactement le même scénario.

« Il y a une centaine de femmes par an qui n’ont pas été frappées avant d’être tuées et personne ne s’en occupe. »

« La séparation est le premier motif du passage à l’acte dans les homicides conjugaux. Surtout quand le meurtrier n’a jusque-là jamais levé la main sur sa compagne. » Lire l’article « la légiste qui autopsie les homicides conjugaux »

Lire également l’article « Elle le quitte, il la tue », scénario typique du féminicide

Lire mon article « briser le silence »

Pervers narcissiques : une violence invisible 

« Documentaire sur l’emprise psychologique et la violence verbale exercée par les pervers narcissiques sur leur conjoint. Ou quand les mots sont plus forts que les coups… De l’anéantissement de leur personne morale aux déclics qui leur ont sauvé la vie, les victimes retracent leurs failles, leur enfermement jusqu’à leur reconstruction.

On reconnaît souvent un pervers narcissique à l’état dans lequel il laisse sa victime.

Cette «  autre violence conjugale« , non physique mais uniquement morale, fait autant de dégâts. De plus en plus souvent, le diagnostic de perversion narcissique intervient pour expliquer ces phénomènes d’enfermement dans le couple.

La réalisatrice Delphine Dhilly montre la réalité que revêt cette perversion qui reflète un phénomène social très fort et destructeur.

Aujourd’hui, les victimes s’ouvrent plus facilement qu’avant et rencontrent des aides qui leur permettent de se reconstruire et de mettre des mots sur leurs années d’enfer. »

 

Informations prochains replay.

Autrement, me demander la vidéo

 

Lire aussi l’article : « Sa rupture amoureuse, sa maladie : Marion Bartoli raconte sa descente aux enfers… et sa renaissance » Championne de tennis, vainqueur de Wimbledon en 2013, elle explique notamment que son compagnon de l’époque lui disait comment bien jouer … au tennis : « Il me disait : ‘Non mais là, si tu as raté la balle, c’est que tu n’as pas assez fléchi les jambes’. » Elle raconte également l’obsession de ce dernier à vouloir « casser la championne » : « Son grand plaisir, c’était d’organiser un double tous les dimanche, de se mettre avec le meilleur joueur possible, et moi avec le pire joueur possible, pour essayer de me battre. C’était son immense plaisir. Mais quand même, j’ai mis un point d’honneur à ne jamais perdre. »

 

freedom-4025802_1920Elle a pris la fuite dès qu’il l’a demandé en mariage. Cette demande n’était pas signe d’amour (soyons prudent avec nos interprétations) mais d’une solution pour homme dans sa pathologie d’enfermer la femme et de la condamner. C’était sa solution pour la maîtriser.

hand-1549399_1920

Soyons liberté et une relation toxique n’est pas de l’amour. L’amour est d’un autre goût.

Lire l’article « toucher une étoile, c’est possible »

 

Possibilité de s’abonner à ce blog : voir en bas à droite, le lien s’affiche.

 

Tendresse,

© Carole, fondatrice de l’Espace Chrysalide, rêveuse, conteuse, poète, conférencière, accompagnement & co

Briser le silence !

Briser silence.jpg

 Choisir vie.jpg

 

La vie est puissance dès que nous nous y ouvrons. Elle est un miracle. Elle est jaillissement de joie, de feu. Elle est palpable. Elle est ouverture. Elle est bienveillance.

Lui faire confiance, c’est accepter la main qu’elle nous tend constamment pour nous élever, nous amener loin de notre torpeur et nous soulager.

Les solutions sont là à notre portée. Les voir est essentiel.

Dans toutes les situations, elle nous propose d’évoluer. Rien n’est là pour nous affaiblir. Tout est pour nous faire grandir en soi & avec l’autre. Parler, approfondir, se confier, s’entraider sont ses ingrédients.

Se murer, rester apeurés, vivre selon nos croyances et c’est une peau de chagrin que nous voyons apparaître, inconscient de la beauté qui nous est proposé… et de la délivrance, du soulagement qui nous est présenté.

Une porte de sortie vers les étoiles du firmament pour des retrouvailles avec soi, pour retrouver la soif de vivre pleinement et non dans l’effleurement…

 

primula-1326409_1920Accepter une seule main tendue nous offre un nouveau chemin. Si nous sommes calés sur nos souffrances, nos projections, peut-être que cette main ne semblera pas correspondre, en apparence, à ce qui nous convient (lire article besoin & vie)… Pourtant, elle représente la main de la Vie qui est conscience, nous montrant le réel… nous informant de ce qui nous convient vraiment pour sortir de notre décalage et des nos appréhensions.

 

Resterons-nous inconscients, figés dans nos projections & nos croyances ? Le seul pas du dépassement est de dire oui à la vie & ce qu’elle nous propose ! (Lire l’article « les cadeaux de la vie »)

La porte à franchir est celle qui nous délie du passé, d’un système de croyances qui nous fige… Passer la porte d’une amie, avouer ce qui se passe en nous, chercher refuge, écoute, moments de grâces, douceur avec ou sans rdv, librement, se savoir accueilli, non jugé, entouré,…

 

20160930_124545Savoir que demain, c’est l’inconnu. Que quelque soit la porte, elle m’ouvre à la vie, à des nouvelles rencontres et me portera plus loin que mes torpeurs, dès lors que je lâche mon système de croyances sur ce qui me semble être bon ou pas. (Lire article « besoins & vie »)

 

 

D’ailleurs, comment saurais-je ce qui me convient vraiment, alors que je suis recroquevillée dans mes douleurs, mon cœur en peine ? Comment le verrai-je si je refuse les ouvertures qui s’annoncent ? Si je n’échange pas sur ce qui se joue intérieurement et dans le quotidien ?… si je ne me délie pas…

 

Copie (3) de IMG_0600Miroir, mon beau miroir…

dis-moi si je suis belle,

dis-moi pourquoi je mériterais des attentions,… je crois que je ne mérite pas mieux, pas tant… Comment pourrais-je accueillir l’abondance ?

dis-moi que je ne mérite pas d’amour, et qu’il vaut mieux que je m’en éloigne, que je reste cloîtrée… je suis sure que je ne m’aime pas assez pour mériter autre chose de mieux,…

Quelles réponses recevrais-je si je ne suis pas dans la confiance, si je ne m’élève pas à  la vérité ? Le miroir ne va refléter que mes propres croyances, projections, pensées… et me confirmer quelque chose qui n’est pas fondé, et me maintenir dans une vision où tout est appauvri.

 

Quelle partie de moi j’écoute ?

Mes peurs, mes dénigrements, mes blessures ? Ma honte (blessure du jugement) ? Ma pression intérieure ? Mes résistances ? Mon orgueil ? (Lire article « sortir de la souffrance »)

 

Ou la vie que je suis, mon immensité, mes possibilités ? (Lire article « nous ne sommes jamais prêts »)

 

Quand allons-nous voir au-delà de nos peurs ?
Hier, quelqu’un en chagrin est venu me parler. Il était bouleversé et divisé intérieurement entre les rêves qui d’après lui sont à accomplir et la proposition actuelle de la vie. Quand allons-nous nous ajuster et Entendre que ce qu’elle nous propose est mieux que notre rêve nourrit depuis 20 ans ?! Elle offre un autre cadre, jamais imaginé, à notre rêve, prenant en compte tous les éléments de notre vie et fait que l’ensemble va créer une harmonie inimaginable. Pourquoi nous accrochons-nous à la forme imaginée ? Elle n’est que le fruit d’espoirs liés à nos conditionnements.

Est-ce que je m’autorise là où j’en suis, en toute humilité, avec mon imperfection de m’offrir la vie et d’accueillir ce qu’elle m’a amené et proposé ? Surement verrai-je plus tard combien il était merveilleux de lui avoir dit oui et qu’elle m’a permis de rebondir avec des propositions qui ne semblaient pas me correspondre.

 

freedom-1886402_1920

Le silence, c’est peut-être refuser un temps, la guérison, la grâce et la transcendance.

Prononcer les mots, c’est ouvrir le cœur à la plénitude.
hghfh
sgs
Regarder la vidéo « Au nom de… »…

(film against domestic violence, contre les violences conjugales, de genre et sexistes) par les danseurs de l’opéra de Bordeaux

 

La danse, expression du mouvement, est l’expression de la délivrance.

 

Une femme est assassinée tous les trois jours par son compagnon. Le docteur Alexia Delbreil, médecin légiste et psychiatre, est persuadée que cela peut s’endiguer puisque chaque cas répète exactement le même scénario : une femme décide de se libérer, et trop honnête informe son compagnon/mari alors qu’elle est seule avec lui. Elle reçoit un coup mortel… Stop… fuir sans se retourner, sans chercher à le voir, le revoir, le croiser… la parole de la délivrance quand on s’adresse à quelqu’un bienveillant, pour passer un moment ensemble, pour de l’aide… le silence de la délivrance quand on ne dit rien à celui qui représente l’horreur et que nous partons.

 

… puis franchir la porte à Bordeaux : la Maison d’Ella accueille les femmes victimes de violences

ouverte en accueil libre le lundi matin, le mardi et le jeudi toute la journée. En dehors de ces horaires, il faut téléphoner au 05 57 09 25 77 pour prendre un rendez-vous.

 

… ou passer échanger… invitation à la vie & au mouvement.

 

Lire également mon prochain article « Identifier mal-être dans le couple… Et s’il s’agissait de…« 

 

Possibilité de s’abonner à ce blog : voir en bas à droite, le lien s’affiche.

 

Tendresse,

© Carole, fondatrice de l’Espace Chrysalide, rêveuse, conteuse, poète, conférencière, accompagnement & co