Témoignages intimes : les hommes

souffledudesert.jpgLe mystère enfin dévoilé ! Ou presque. Le chemin est là dès que nous sommes dans ce souhait de la découverte et il s’ouvre pas à pas.

Une sacrée révélation pour la femme que je suis, étonnée, enthousiaste, touchée par ces témoignages si précieux. Peut-être également, la réalisation d’un rêve devant mes yeux, celui où l’homme se livre tel qu’il est, sans masque, sans fanfaronner, sans dominer et qui le manifeste dans sa plus grande humilité. L’apothéose de la dualité pour enfin rejoindre l’humanité au féminin.

La vulnérabilité au service de la réalité, du respect, de l’écoute vraie et de l’offrande.

En résumé, une très grande tendresse ! Et la tendresse est un véritable joyau pour moi !

Ils partent ensemble. Des inconnus qui vont vers l’inconnu et franchissent un pas vers les cieux. Ils sont dans le désert. Leurs secrets étaient lancés et avoués entre eux, pour eux, pour chacun et personne ne devait les entendre. Le soleil les accompagnait et le sable leur offrait une endurance constante. Aucun divertissement pour s’échapper, pour repartir au fond du trou ou pour aller s’enivrer avec des croyances désuètes trouvées sur les sites internet.

 

Suisses, Québécois, Belges ou Français, 13 hommes se retrouvent aux portes du Sahara tunisien pour une aventure hors du commun. Dans le désert, entre soleil de plomb et nuits glaciales, ils vont marcher pendant 15 jours tout en questionnant leur existence et en réfléchissant à leur identité masculine. Le film qui en résulte balaie toutes les idées reçues concernant la masculinité. Sans artifice, « Le Souffle du désert » livre les témoignages de ces hommes sur leur pouvoir, leur relation aux femmes, leur sexualité, leur façon d’appréhender le pouvoir, l’agressivité, la peur…

 

Mais, leur défi est allé plus loin. Plus loin qu’un simple cheminement d’homme à Soi, d’homme à hommes. Ils sont allés au-delà de leur intimité : se consacrer à soi tout en s’offrant nu à l’humanité et à des milliers de regard qui n’auront pas traversé le désert, ni ne seront allés marcher sur leurs terres intérieures. Le périple, le désert ne furent que des prétextes pour l’Autre.

Au-delà de tout ce qu’ils ont initié, se dévoiler devant une caméra, devant un témoin vivant, sans aucun filtre, sans aucune interprétation, est une aventure qui mène peut-être vers la grâce. Il s’agit avant tout d’une offrande, de la beauté du geste, du cœur, celui de le dispenser dans une grande générosité. Mais pour eux, la caméra était invisible, pour qu’ils vivent leur aventure sans penser à l’autre, aux autres, aux futurs spectateurs. Peut-être ont-ils regardé le film ou peut-être ce regard, étrangement témoin de leur propre témoignage, était de trop et ils restent avec ce qu’ils ont vécu et non avec ce que l’œil du cameraman a retranscrit lors de son montage.

Et peut-être leur plus grand exploit est invisible aux yeux de plusieurs d’entre nous : être en sincérité et en vérité profonde avec Soi, avec ce qui les tenaille, avec ce qui les happe et avec leur humanité. Combien sommes-nous à jouer inconsciemment à la politique de l’autruche ou à prendre la fuite dès que quelque chose ne nous convient pas, à détourner le regard, au lieu de nous abandonner dans nos profondeurs extrêmes pour aller chercher le joyau qui est en nous ? Combien sommes-nous à cautionner nos barrières et nos résistances, au lieu de nous ouvrir au réel et de découvrir la magie en chaque instant, celle de notre nudité, celle qui explore le printemps et l’été, le plein Soleil ?

 

Bande annonce 

Cliquer sur la flèche pour écouter la vidéo

 

Notre plus grande résistance est peut-être celle qui nous porte vers l’Amour vrai et nous nous noyons dans des relations passagères et stériles, croyant rencontrer l’homme ou la femme de notre vie, nous retrouvant blessé, voire meurtri dès qu’une relation s’arrête alors que nous étions uniquement dans l’éphémère.

Quand, à Noël, nous ouvrirons nos yeux intérieurs pour sortir du regard de nos yeux de chair, nous mourons au superficiel, à tout ce qui était illusoire, à tout ce que nous avons cru, cautionné, dans un plongeon d’ivresse, au temporel, pour rencontrer la réalité, merveilleuse, la promesse de la Vie qui se réalise dans notre quotidien et tout s’allège. La vraie réalité a remplacé les apparences, constamment trompeuses, pour nous amener vers une vie méritée, pleine de surprises et de ferveur intérieure.

 

Lire aussi mes autres articles sur thèmes similaires

« Réconciliation hommes & femmes »

Le coin des princesses & des princes

Quand un homme honore sa femme en chaque instant

Vous, les hommes !

Etc, avec le sommaire complet de tous mes articles

 

Possibilité de suivre ce blog en s’inscrivant sur la lettre d’information

 

Tendresse,

Carole, fondatrice de l’Espace Chrysalide, rêveuse, conteuse, poète, écoute  & co…