Chant : pédagogie & danger

Espace Chrysalide JoieL’été où les stages de chant fleurissent, nous pouvons nous retrouver face à de graves désagréments. Consciente des dangers que peuvent apporter certaines méthodes et certaines manières d’enseigner, les professeurs et animateurs de la salle ont été choisis autant pour leurs compétences que pour leurs qualités humaines, leur bienveillance et respect. Si, par hasard, cela n’était pas le cas je vous remercie de m’en parler aussitôt, en toute confidentialité. Je peux tout à fait entendre et comprendre.

J’ai eu la malheureuse surprise de me retrouver dans un groupe à P., où, pour faire progresser, le « prof » B. confondait bienveillance avec dureté, et flagellation. Peut-être que cela l’arrangeait de confondre. Après avoir travaillé avec plusieurs chefs de chœur et professeur de chant adorables, sérieux, efficaces, encourageants, et faisant réaliser de vrais progrès, je tombe de plusieurs étages en rencontrant un musicien, improvisé en chef de chœur.

Pendant le stage, l’ambiance s’est installée dès le 1er jour. L’impression qui émane est celle des « 10 petits nègres » d’Agatha Christie. En apparence, tout le monde était dans la joie, et les repas étaient très conviviaux. L’après-midi, nous partions faire des balades et des visites, par petits groupes selon nos affinités et nos envies. Dans les couloirs, les chambres, la pseudo salle à manger où, dès que nous étions entre nous, sans le « chef de chœur », nous nous parlions en aparté. Les confidences jaillissaient et les malaises et mal-êtres se dévoilaient. Plusieurs personnes ont souhaité partir en cours de semaine, avant d’essayer de se réconforter avec les balades de l’après-midi. Tous étaient choqués de la méthode ou plutôt de l’absence de méthode, de pédagogie et d’échauffement vocal. Tout était chaotique. A deux reprises, je lui demande de se présenter, puisqu’il l’a demandé à tout le monde, et que nulle part son parcours n’est mentionné, mais ne l’a jamais réalisé.

20180812_095542

Le 1er matin, il nous installe dans un cube, avec la moitié des murs en verre et un toit en tôles. Il nous prévient que cela sera l’étuve. Il est donc pleinement conscient que la salle est complètement inappropriée et dangereuse. La canicule est à son comble. Il fait 37 degrés à l’ombre dans toute la France et en Normandie, nous n’y échappons pas. Plusieurs personnes ont failli s’évanouir et une autre a eu une insolation pendant le « cours » dès 10h le matin. Nous étions assommés et accablés par la chaleur qu’il y avait dans cette pièce. Puis, tout à coup, un énorme bruit se fit entendre de tous. Une des vitres s’est fendue, devant notre regard, occasionné par un choc thermique et peut-être les vibrations des chanteurs dans un espace beaucoup trop étroit pour tout le groupe. Lors de la tentative d’échauffement corporel, nous n’avions pas assez de places et nous nous cognions. Une autre salle est disponible, dans un autre bâtiment, plus ou moins délabré. Nous aurions pu y basculer en quelques minutes. Ce n’est que le lendemain, que le professeur avait accepté les demandes insistantes de plusieurs stagiaires pour changer de salle.

colo portbail

Nous sommes dans une ancienne colonie de vacances des années 60/70,  20180812_100855alors que sur les publicités, une villa était annoncée. Elle ne l’est qu’en façade.  Ici, la confusion sert à recruter des stagiaires. Il était annoncé également des chambres de 2/3 personnes maximum. Nous étions 4, dans des lits superposés, comme quand nous avions 10 ans, sauf que la moyenne d’âge est 50/60 ans, voire plus. Nous fûment mis devant le fait accompli. Nous nous réconfortons en nous disant que nous sommes là pour le stage de chant et que nous allons progresser.

Le 2nd jour, le cours de chant commence sans échauffement vocal. Il nous fait faire un exercice dans les aigus et d’autres, tous autant dangereux pour notre voix. Je suis rabrouée quand je refuse l’exercice sans échauffement vocal préalable. Il s’exerce à imposer son autorité malveillante.

Le 3ème jour, nous avons eu la chance qu’un stagiaire, véritable professeur de chant professionnel et chanteur, nous offre un peu d’échauffement vocal, hélas uniquement en 2nd partie, après les exercices imposés du « chef de chœur » : un comble, évidemment dramatique. De surcroît et doublement dramatique, l’échauffement ne dura que la moitié du temps nécessaire, 15 min au lieu de 30 obligatoires, contraint et limité par le « chef de chœur ». Ce fut notre seul vrai échauffement vocal de la semaine.

Les autres jours, les échauffements furent soit quasi néants, soit très courts et le « stagiaire-professeur » écarté. Il ne put à nouveau nous proposer son talent. Le « maître » garde le pouvoir à bord.

Nous avons été témoins d’un chaos lors de ses cours de solfèges ou d’harmonisation. Aucune explication ne fut donnée. Il nous ordonnait de nous taire quand nous avions des questions. Il n’y répondait pas : à nous de deviner, de comprendre sans comprendre, de suivre sans réfléchir ses pérégrinations musicales. Il en rabrouait certains qui tentaient de s’exprimer, mais jamais ceux qui venaient à sa chorale pendant l’année. La liberté ne fait pas partie de son stage, ni l’accueil d’ailleurs. Il se venge sur ceux qui ont exprimé leurs mal-êtres et leurs besoins (échauffement…). Carole Chanson indochine3Pour le dénigrement, les nouveaux étaient ses favoris. Il est cassant autant pour l’individu que pour la voix… Notre partie la plus intime… et la plus délicate se retrouve maltraitée par des personnes qui se disent gentilles, temporairement, avant de se défouler sur des élèves venus apprendre et progresser. C’est grave. Une choriste qui chante avec lui à l’année nous avait prévenus en arrivant : « Ceux qui viennent une fois ne reviennent jamais ! » Stage normalement réservé à ses choristes, il n’y avait pas assez d’inscrit pour le maintenir alors ils l’ont ouvert à tous. Peut-être ne supporte-t-il pas les « intrus » que lui-même a été obligé de faire venir sous risque d’annulation ?!

« Quand on sait que la voix est le reflet des émotions, c’est un vrai carnage qui peut émaner de ce genre de stage : aucune pédagogie, bienveillance absente (alors que Ô combien il est important de mettre ses élèves en confiance pour les amener au lâcher prise afin que leur voix jaillisse librement !), inconfort (vocal et physique), repli sur soi, chant « déplaisir », … tout le contraire des ingrédients nécessaires au chanteur ! Pour des novices, ayant une personne comme ce chef de chœur pour une première expérience, ce peut être un point de non retour, et des personnes qui refuseront à tout jamais de retenter ce travail avec d’autres professeurs. » F. V., Professeur de chant depuis +15 ans.

Flo concert chorale bien etreHeureusement, j’avais connu des professeurs enveloppants qui élèvent les chanteurs, tout en proposant vrai travail avec vraie méthode nourrissante et efficace. Avec un pseudo-prof malveillant, la chute peut être énorme. Un professeur vraiment compétent ne castrera jamais un élève, ni ne le cassera juste avant de chanter pour asseoir son autorité, se défouler, encore moins pour se venger, ce qui fut le cas ici. Il n’est pas là pour enfoncer les stagiaires. Pour certains d’entre eux, il est plus facile de décrédibiliser des stagiaires même débutants que se remettre en cause en tant que professionnel. La tactique est toujours la même.

Tout ceci semble caricatural et pourtant cela existe vraiment. Et vous pouvez rencontrer pire !

Nous pouvons nous dire que personne n’est pas parfait, et que nous devons fonctionner avec les défauts des uns et des autres. Dans ce cas présent, nous confondons défauts et malveillance, défauts et dérives, défauts et incompétences.

Nous pouvons enfin nous protéger derrière le mot maladresse et nous dire que cela peut arriver à tout le monde. Hélas, un chef de chœur qui ne propose pas de vrai échauffement est loin d’être maladroit. Il ne peut être que conscient de sa légèreté et du danger qu’il entraîne pour les cordes vocales.

Soyons prévenants et sachons faire la différence entre apprécier et accepter les qualités et les défauts des uns et des autres, pardonner une ou plusieurs maladresses dans la communication ou l’attitude… et les dérives, malveillance, etc

Symboliquement, des professeurs peuvent être ainsi dans une volonté macabre, plus ou moins inconsciente, de voler votre lumière, d’éteindre votre flamme et de s’octroyer la meilleure part. Chaque être est responsable de soi. Le 1er mouvement est de refuser toute approche qui ne soit pas bienveillante ou qu’à moitié ou au ¾. Elle est la révélatrice de quelque chose de plus profond qui n’est pas en adéquation avec ce qu’il essaye de nous faire croire.

La dureté que certains proclament en guise de qualité n’est qu’une affabulation. Elle est une vieille méthode qui n’est aucunement en lien avec la qualité ou des supers compétences. Elle peut être le signifiant du contraire.

D’autres conférenciers, prof, animateurs… tout aussi compétents, voire plus, se mettront sur votre chemin à partir de l’instant où vous quittez la dureté et ceux qui l’utilisent envers vous et donc insinueusement contre vous. La sagesse est puissance et douceur. Point n’est besoin de la dureté qui amène vers l’esclavage, signe de domination.

La douceur n’est pas non plus automatiquement synonyme de qualité. Elle peut être une vraie force et lumière ou derrière peut se cacher du shamallow… de la manipulation… A chacun de discerner.

Côté formation, des chefs de chœur viennent apprendre la musicothérapie. Des modules de psychologie sont instaurés. Il leur est montré, par exemple, comment être dans la neutralité et l’appeler avec l’élève. C’est une approche bienveillante, pour apprendre à parler aux élèves sans les blesser. Il existe également une manière de parler technique sans jugement… Il suffit d’indiquer à l’élève de descendre d’un ½ ton ou monter, au lieu de dire que ce n’est pas juste (technique avec jugement dont a abusé allègrement le pseudo prof de mon exemple). Cela fait toute la différence. C’est la manière dont les autres stagiaires ont réagi pour épauler et aider celui du groupe que le « prof » enfonçait ouvertement -en chuchotant d’aller + dans les aigus- et pourtant, ils n’avaient pas fait de formation de musicothérapeute.

L’enseignant peut cependant être adorable en individuel (quoique !) ou en dehors d’un groupe, mais tout se révèle pendant les cours collectifs. Cela arrive quand le chef de chœur ne se sent pas légitime et qu’il essaye de maîtriser un groupe ou qu’il ait peur de dérapage et de ne pas arriver à se faire respecter.

« On voit dans notre société une foule de chœurs avec des chefs de circonstance qui sont souvent de bons musiciens, mais qui ne sont pas des chefs de chœur. Quand le chef de chœur n’a pas l’autorité du geste ni l’autorité de la compétence, à 99% le chœur ne sera pas un bon chœur. »  Retranscription de la Conférence de Pierre-Gérard Verny : Diriger une chorale, entre autorité et musicalité.

« Nous sommes dans de l’intime et nous exprimons de l’émotionnel à travers le chant… Il est très important de savoir que nous sommes libres à tout moment d’exprimer un retour, comment nous nous sentons,… Au niveau du chant, tout professeur devrait spontanément prendre du temps avec l’élève pour savoir comment il se sent, car cela a un impact émotionnel. Quand nous ne sommes pas en place ni contents de ce que nous faisons, cela crée un impact émotionnel. Si un professeur vous brime et vous en empêche, autorisez-vous à quitter le lieu. La voix peut être la voie… C’est une voie de connaissance de soi. C’est extrêmement fort. » G., musicothépareute diplômée, 20 ans d’expérience.

Les chocs sur l’instant semblent être dépassés parce qu’intellectuellement, il nous a semblé avoir réussi à gérer et nous être éloignés à la fois de la situation et de l’individu. Surtout dans le cas où nous fonctionnons depuis des années avec un chef de chœur plus ou moins tyrannique et que nous fermons les yeux et les oreilles. Nous engrammons une pression inconsciente. Un événement extérieur viendra faire exploser la soupape, pour nous permettre de libérer ce qui était contenu. Il est vrai que, souvent, c’est après coup où nous mesurons les répercutions : stress post trauma, pleurs, effondrement, endommagement des cordes vocales et « perte-dégradation » pour chanter certaines notes, ou autres séquelles invisibles. Le conseil le plus précieux serait d’aller voir un musicothérapeute, art thérapeute vocal ou thérapeute. Là, prête pour la rééducation avec mon professeur de chant, après tout le désastre qu’il a créé dans ma voix et qu’elle n’a pu hélas que constater. Dire que j’avais voulu progresser pendant l’été pour bien préparer le concert à la Cathédrale de Bordeaux où je suis choriste et faire ainsi une surprise à mes professeurs de chant !

« Enseigner le chant est une responsabilité, car la personne qui confie sa voix, livre son être tout entier et vous fait participer à son monde intime. » Françoise Detchenique, Soprano lyrique, professeur de chant, formée au répertoire Bel-Cantiste avec le baryton italien Ugo Ugaro, et a étudié au Conservatoire de Bordeaux et à l’École Normale de Musique de Paris.

http://metiers.philharmoniedeparis.fr/chef-de-choeur.aspx « En contact direct avec les milliers de chœurs amateurs, les chefs de chœurs sont au centre de la vie musicale. Leurs multiples compétences (artistiques et pédagogiques, mais aussi humaines et organisationnelles) sont au cœur de leur démarche de musicien et de leader d’un collectif artistique. »

Concert gospel 1

Je remercie les 2 merveilleux chefs de chœur, producteurs et chanteurs professionnels rencontrés sur ma route. Grâce à cette expérience, je me rends compte de l’ampleur de leur délicatesse et de leur professionnalisme.

Interview Flo

Je remercie les 3 professeurs de chant et art thérapeute vocal qui m’ont aussi fait progresser dans un écrin de coton et que je suis toujours heureuse d’inviter

20180107_150329-1.jpgEnfin, je remercie 2 musicothérapeutes pour leur accompagnement chant très précieux et conseils et également une des responsables du philharmonique de Paris pour sa bienveillance constante envers tous ses élèves, son professionnalisme et son implication dans son travail. Ils existent aussi, alors pourquoi nous faire du mal ! A nous de ne pas nous arrêter à de la médiocrité. Choisissons les meilleurs en tout point de vue. Soyons persévérants. Personne ne m’empêchera de chanter et de me faire plaisir. 

Pour le meilleur et pour rencontrer le merveilleux au sein de notre propre corps, et de notre voix,…

Avec toute ma tendresse,

Carole, Fondatrice de l’Espace Chrysalide

#ChantPédagogie #ChantRisque #ChantChefdeChoeur #ChantDangers #StagedeChantsDanger #EchauffementVocal #ChantAbus #ChefChoeurAbus #ChefChoeurDanger #ChantDiscernement #AvantInscriptionStageChant #AvantSInscrireStageChant

Publicités

Publié par

Expression Corporelle & Artistique Espace Chrysalide

Textes écrits par Carole, Fondatrice de l'Espace Chrysalide Bordeaux Chartrons Bacalan Saint Louis Contact : espacechrysalide@outlook.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s